___ OLGA KISSELEVA ___ 
Rivière de lait aux berges de kissel
Projet VOIE LACTÉE en collaboration avec Taisiya Polishchuk et Tatiana Drozd 

___ MOTTO BOOKS DISPLAY ___

___ COMPAGNIE FluO – NADIA LARINA ___

Vendredi 10.12 /// 19h30 __ Performance artistique & culinaire réalisée avec le soutien de Sturia et des chef.fe.s : Vivien Durand (Le Prince Noir), Oxana Crétu (Le CroMagnon) et Franck Audu (La Tupina).

Dégustation Kissel / Lunas de BAG Boulangerie, autour d’un verre.

Dimanche 12.12 /// 13h __ Brunch-rencontre avec Olga Kisseleva

 

BLINIS
Exposition du 10 au 31
décembre 2021
___________

BLINIS est une manifestation pluridisciplinaire qui incorpore, malaxe, pétrie les disciplines artistiques et gastronomiques mixant expositions, performances, dégustations, rencontres et jeux. Dernier volet de la saison d’automne intitulée “WINTER IS COMING“, BLINIS est réalisé dans le cadre de “l’Année croisée France – Russie 2021“ avec le soutien de la ville de Bordeaux et du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Une co-production BAG_Bakery Art Gallery et Centre National Edition Art Image (cneai=).

Co-commissariat : Sylvie Boulanger, Christian Pallatier, Alexis Zavialoff

OLGA KISSELEVA ___ Rivière de lait aux berges de kissel

Un voile de lait chemine sur la table de bois peinte d’un enduit naturel de poudre de lait. Les OBUs* empilés, des architectes Elisabeth Lemercier et Philippe Bona, supportent cette installation qui matérialise la rivière de lait imaginée par Olga Kisseleva.

C’est derrière ce voile que nous revisitons les contes russes et slaves puisque la légendaire rivière de lait aux berges de kissel abreuve un pays de Cocagne utopique où les paysages même sont comestibles, la paresse est une vertu et la jeunesse éternelle. Elle prend place dans les histoires mettant en scène la vieille et terrible sorcière Baba Yaga. Cette rivière, depuis près de 1000 ans, côtoie, dans ces légendes, un pommier sauvage pouvant bavarder avec les passant·e·s, un tapis volant, une chapka d’invisibilité ainsi que la hutte en bois de la sorcière posée sur deux pattes de poule lui permettant de se mouvoir.

Olga Kisseleva réalise ici un travail autour du kissel (ce dessert russe traditionnel sous forme de soupe, à base de fruits rouges et parfois agrémenté de vin rouge) mais surtout autour du lait, qui prend la forme d’un breuvage essentiel : une base de nourriture pour beaucoup de civilisations. Le lait est entendu comme boisson de vie, nécessaire pour l’être venant de naître. Bien souvent symbolisé comme la nourriture des divinités, le lait est une métaphore de la gentillesse, de l’attention, de la compassion, de l’abondance et de la fertilité. Son goût léger et doux, mais également sa couleur d’un blanc pur, en font un symbole de pureté.

Cependant, sa consommation peut être l’objet de critique puisque sa surproduction conduit à des problématiques écologiques, notamment en terme de tri des déchets plastiques, mais c’est aussi la surconsommation de ce produit qui est y questionné, car cette dernière peut entraîner des dysfonctions corporelles, car le lait est, à l’origine, destiné à nourrir l’enfant ou l’animal venant de naître.

En collaboration avec la BAG_Bakery Art Gallery et ses collègues scientifiques, Olga Kisseleva propose une réflexion sur l’impact des futures utilisations du lait sur la société. L’exposition présente des œuvres du projet EDEN d’Olga Kisseleva qui a reçu, en 2020, le Grand Prix STARTS de la Communauté européenne pour sa collaboration innovante entre art, science et technologies. À l’occasion de l’exposition BLINIS, seront activées les pièces réalisées pour le nouveau projet “La Voie Lactée“, en collaboration avec Taisiya Polishchuk, Tatiana Drozd, Victoria Ananyan, le soutien de la Fondation Aleksandr Savchuk et de BAG_Bakery Art Gallery.

 

* Original Bipolar Units, système modulaire d’agencement pour le stockage, la classification et l’exposition, conçus par les architectes Elisabeth Lemercier et Philippe Bona. matériaux : acier bichromaté – caoutchouc multipolaire dimensions : L348 x H132 x P480 mm. épaisseur de l’acier : 15/10 éme et 20/10éme, fabriqué en France. © Bona-Lemercier architectes, 2011

 

 

 

OLGA KISSELEVA ___ Forêt en mouvement

Une œuvre d’Olga Kisseleva, en collaboration avec l’ONB (Opéra National de Bordeaux).

La réputation artistique d’Olga Kisseleva, formée aux mathématiques et à l’art, n’est aujourd’hui plus à refaire. Elle jouit, depuis de nombreuses années, d’une grande relation avec la nature et collabore avec des scientifiques comme des ingénieur·e·s ou encore des agronomes.

Par son travail, elle souhaite faire prendre conscience à tou·te·s du dialogue incessant qu’entretiennent les arbres, de même que la communication permanente qui les anime. Ses travaux évoquent des questionnements sur l’agissement sur le milieu naturel, pour écouter l’environnement afin de prévenir les disparitions à venir. Tout ceci pose la question suivante : peut-on sauver la nature ou bien s’agit-il d’une utopie ?

Olga Kisseleva demeure une artiste atypique et engagée, ayant conscience de la fragilité, mais aussi de l’évolution permanente de l’environnement puisque toute disparition cause indubitablement des bouleversements au sein même de l’écosystème.

Olga Kisseleva demeure une artiste atypique et engagée, ayant conscience de la fragilité, mais aussi de l’évolution permanente de l’environnement puisque toute disparition cause indubitablement des bouleversements au sein même de l’écosystème.

Dans son travail, Olga Kisseleva introduit le concept “d’intelligence bio-inspirée”, conçu en lien avec des spécialistes du comportement des organismes vivants, notamment des plantes. Tout ceci prend alors place dans le projet EDEN, qui va ainsi permettre une chorégraphie grâce à l’intelligence des arbres, et non à celle des IA (intelligences artificielles). En collaboration avec des laboratoires du CNRS, elle met en place les systèmes T2N et T2T afin de rassembler et d’interpréter des données sur la communication des forêts en mouvement. Il s’agit d’une dynamique naturelle afin de recréer des formes de naturalité originelle avec l’environnement en place.

 

 

 

OLGA KISSELEVA ___ La voie lactée 

 

La voie lactée d’Olga Kisseleva en collaboration avec Taisiya Savchuk-Polishchuk, Tatiana Drozd, est une vidéo dans laquelle dansent et performent Victoria Ananyan et Simone Tribuna (Ballets de Monté- Carlo).

« La voie lactée » explore une ressource essentielle : le lait, une des bases de notre alimentation, comme de notre civilisation.

Aujourd’hui, nous sommes confrontés à la surconsommation du lait en tant qu’élément nutritionnel qui peut être nocif pour la santé en cas de mauvaise utilisation, et à la surproduction de lait qui devient un problème écologique, notamment en raison de son non-recyclage. Développé en partenariat avec des acteurs scientifiques, industriels et écologiques de la production et de la transformation du lait, le projet explore les possibilités futures d’intégration intelligente de cette substance essentielle et symbolique, et l’impact que ses utilisations futures pourraient avoir sur la société.

 

OLGA KISSELEVA ___

 » Olga Kisseleva tient une place à part dans le monde de l’art. Sa relation intense avec la nature et ses innombrables collaborations avec des scientifiques (ingénieurs, agronomes…) du monde entier sont à l’origine d’une démarche tout à fait originale. Le souhait de cette artiste et brillante universitaire est de montrer, de faire comprendre, voire de faire entendre, le dialogue des arbres, la communication permanente qui les anime et dont, le plus souvent, nos contemporains n’ont aucune conscience.

Comment reconstituer notre nature en perdition et pourquoi faut-il agir immédiatement sur l’état naturel ? Comment réparer, écouter la nature altérée et prendre des responsabilités pour la sauvegarder et prévenir les disparitions qui découlent de cette altération ? L’utopie peut-elle devenir réelle et prendre davantage d’ampleur pour sauver, ramener à la vie des arbres, les faire communiquer entre eux et mieux les préserver ? Telles sont les interrogations et les finalités de cette artiste atypique et engagée, consciente de la fragilité comme de l’évolution permanente de notre environnement et pour qui à chaque disparition d’un élément du vivant entraîne un bouleversement de l’écosystème. Toute perte met en péril l’équilibre de l’ensemble … « 

Chantal Colleu-Dumond
Directrice du domaine de Chaumont-sur-Loire Olga Kisseleva
EDEN, monographie, 2021, ArtsHebdoMedias, Paris

Olga Kisseleva est artiste et chercheur. Depuis 2000, elle enseigne Art & Science à la Sorbonne.

Olga Kisseleva a exposé au Musée d’art moderne (Paris), au KIASMA (Helsinki, Finlande), au Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia (Madrid, Espagne) , Fondation Cartier pour l’art contemporain (Paris), Centre Georges Pompidou (Paris, France), Musée Guggenheim (Bilbao, Espagne), Art Institute (Chicago, USA), Centre National d’Art Contemporain (Moscou), Musée du Louvre (Paris), ainsi que la Biennale de Dakar (2002), Biennale de Tirana (2003), Biennale de Moscou (2011), Biennale d’Istanbul (2013), Biennale de Berlin (2014), la Biennale de Venise (2015)… Ses œuvres font partie des plus de 25 collections des musées, comme le Centre Pompidou (Paris, France),
la Fondation Louis Vuitton (Paris, France), le ZKM (Karlsruhe, Allemagne), le Musée d’art moderne de Moscou (Moscou, Russie), le Centre national d’art contemporain (Moscou, Russie), le Centre Getty (Los Angeles, CA), le Musée d’art moderne (MoMA, New York City, NY).

 

MOTTO BOOKS DISPLAY ___

Scénario : Alexis Zavialoff / Sylvie Boulanger

Scénographie : Jacques Pelletier

L’exposition Motto Books mêle habilement pratiques artistes et “humanités technologiques” afin de mettre en valeur la culture du Samizdat* et de l’Éphéméra*. Dans certains pays, comme la France ou la Russie, des réseaux d’artistes se forment, mais sont laissés pour compte par la diffusion actuelle de la marchandisation de l’art. Cependant, ces mêmes artistes, chorégraphes, graphistes et autres parviennent à diffuser leurs œuvres sous forme de publications tout en réinventant une manière de créer dite “nomade”. Ce dynamisme est une existence commune entre les terres françaises, comme russes, aussi bien pour les artistes émergent·e·s comme incontestables. Bordeaux-Métropole, par son invitation, tend donc à exprimer cette réalité conjointe des deux pays puisque, depuis une dizaine d’années, les publications artistiques forment des collections toutes aussi entières qu’importantes dans ce champ créatif soutenu par les nouvelles technologies d’échange de savoirs.

Blinis prend ainsi la forme d’une exposition d’une trentaine de livres d’artistes organisée sur la base des collections de Motto Books (Alexis Zavialoff) et du CNEAI. C’est en 2007, qu’Alexis Zavialoff crée Motto : une société de distribution suisse de magazines et de fanzines, ce qui était jusqu’alors inédit sur le territoire. Un an après, une première librairie permanente voit le jour, à Berlin-Kreuzberg. Ce magasin est une progression naturelle des librairies temporaires itinérantes que Motto a organisées en Suisse, puis à l’étranger. Motto a pour particularité d’offrir la possibilité de dénicher d’anciens numéros de magazines sélectionnés, ainsi qu’une large sélection de publications d’artistes, y compris des projets plus expérimentaux à des tirages parfois très réduits.

 

Motto Books fonctionne régulièrement comme un espace de présentation de livres et de magazines, ainsi que des soirées spéciales consacrées à différentes discussions autour de l’édition sur l’art, le graphisme, la photographie, la typographie et des sujets connexes. Les publications exposées complètent un programme intense d’expositions, de projections, de discussions et de présentations.

Leurs publications prennent un tournant exponentiel pour représenter aujourd’hui pas moins de 20 000 titres avec un catalogue incessamment remis à jour. Après avoir établi des collaborations avec de grands distributeurs internationaux, l’intérêt pour les livres et les petits articles auto-édités est venu naturellement et constitue maintenant une partie importante de l’activité de Motto. Aujourd’hui, Motto distribue plus de 150 éditeurs à plus de 100 endroits dans le monde.

Dans le cadre de ce travail, l’ensemble des artistes a pour vocation le travail, à la fois de l’exposition mais également celui de la performance afin de répondre à la question laissée en suspens par l’exposition : œuvre qui s’expose ? Œuvre qui se partage ?

Ces mêmes questionnements invitent donc le public à partager cet événement autour d’une grande table puisque le programme des performances est une joyeuse réunion d’une relation artistique et gastronomique : performances sonores et filmiques côtoient performances culinaires et gustatives pour former des performances ludiques.

Collection FMRA du CNEAI. Le Cneai = (Centre National Edition Art Image) est un centre d’art contemporain, organisation à but non-lucratif fondée en 1997, à la fois lieu de recherche, de production et de diffusion de l’art. Le centre d’art possède ses propres collections d’œuvres composées de trois fonds : FMRA (petits documents, disques et livres d’artistes), MULTIPLES (estampes et multiples d’artistes), YONA FRIEDMAN (maquettes et dessins de l’architecte).

La collection FMRA est composée de plus de 11 000 livres d’artistes et d’éphéméras ; livres d’artistes, revues et magazines, posters, flyers, stickers, cassettes, dépliants, cartes postales, vinyles, CD, DVD, pages Web, emails, etc. et est en constante augmentation et actualisation. Organisé suivant des catégories simples — auteur, éditeur et format — ce fonds fait apparaître naturellement des sous-ensembles et propose des lectures croisées des différents domaines de création : du graphisme, de la création sonore et littéraire, des revues, de la poésie, etc. Plus de 2500 artistes internationaux sont présents dans cette collection. www.cneai.com/fmra

 

* Système de circulation d’écrits clandestins, manuscrits comme dactylographiés, et jugés comme rebelles par le système politique alors en place en URSS et dans les pays du bloc de l’Est et produits par des individus membres de ces réseaux informels.

* Système de micro-édition, c’est-à-dire des écrits ou imprimés dont la fabrication ne les destinait pas à la conservation comme les affiches ou les billets.

COMPAGNIE FluO

NADIA LARINA

Every Drop Of My Blood
Le corps performatif : regards croisés

14.12 au 18.12 2021

Dans le cadre de l’année croisée France-Russie, la Compagnie FluO propose une installation plastique, musicale et participative, en lien avec la création chorégraphique Every Drop Of My Blood. Les spectateurs pourront mettre en mots et en corps leurs expériences liées au conditionnement des corps, aux rapports de domination, à la binarité des genres, aux contraintes normatives imposées par la société.

Installation accessible au public du 14.12 au 18.12 aux horaires d’ouverture de la galerie.

Mardi 14 / Jeudi 16 / Samedi 18 /// 17h-19h __ Ateliers
Permanences collectes de témoignages et improvisation chorégraphique (Samedi à partir de 14h)

Mardi 14 / Jeudi 16 / Samedi 18 /// 19h __ 

Performance chorégraphique de Nadia Larina, danseuse et chorégraphe russo-française

Samedi 18.12 /// 20h __ Débat 
« Le corps nu et performatif sur les scènes française et russe : regards croisés » – 
Intervenants : Nadia Larina, chorégraphe et danseuse russo-française, Jean-Luc Terrade, metteur en scène et Stéphanie Pichon, journaliste-spécialiste de la danse.

Réservations : fluo.cie@gmail.com